Page 1 sur 4

L'image du survivaliste

Publié : jeu. sept. 27, 2012 8:42 pm
par Guillaume
Image

Quand j'ai commencé ce blog il y a plus de deux ans mon idée était simple ...

La suite sur le blog de Vol West

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 6:12 am
par marcaurel
Ce n'est pas du tout l'image que je me donne du survivalisme MAIS je respect que certains puisse s'y identifier, pour plusieurs raisons:

- Pour moi les masques a gaz sont destiné à evacuer et être porter tout au plus 2heures, super inconfortable, et difficilement supportable plus de 20min
- La plupart des polluants de l'air qui pourraient imposer une evacuation, ne necessite généralement qu'un masque et une exposition la plus courte possible
- Parce que dans ma conception du survivalisme il y a des situation a laquelle, je ne souhaite pas specialement survivre à un air vicié de manière telle qu'un masque a gaz serait necessaire...

Clairement, quand je me suis lancé dans le truc, je me suis déterminé 2 niveaux limites de situations auxquelles on veut être préparé :
- la plus petite crise que l’on veut prévoir
- et, je dirais, la plus grosse crise à laquelle on souhaite encore se donner les moyens de survivre
(clairement pour moi, une catastrophe ou attaque nucléaire serait au-delà de mon envie de vivre…
donc pas de bunker ou de masque à gaz pour moi ^^ )


PS: je parle de l'image (qui est volontairement cliché) pas de l'article qui s'y refère, trés pondéré ;)

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 9:01 am
par LeFouDuRoi
Parce que dans ma conception du survivalisme il y a des situation a laquelle, je ne souhaite pas specialement survivre


Ca, c'est un phrase absolument terrible...

Dans un contexte "apocalyptique" (que je considère actuellement comme ayant peu de chance d'arriver de manière globale)... quelle est la limite où nous dirons... "là, je vais pas plus loin"...???

Quand prendrons nous la décision de donner une petite pilule à nos enfants ou petits enfants pour qu'ils s'endorment...? En avons nous le droit...?

Le but n'est bien entendu pas de donner de réponse... juste de se poser la question...
Cette question me fait penser au film "USS Charleston" qui ne ne peut pas laisser indifférent...

Dans tous les cas, ce genre de question me conforte à penser qu'avant de chercher à se préparer aux situations "apocalyptiques"... la préparation à faire face aux problèmes perso, locaux, régionaux sont bien plus porteurs d'espoir... On ne s'y prépare pas parce qu'on a peur, mais parce qu'on veut continuer à espérer malgrès les évènements...

Pour l'article de Vol, comme toujours, je suis fan...
Comme il le dit si bien, l'image du survivalisme souffre des clichés laissés par quelques personnes à la vision ou la raison limitées... Nous avons la chance que le survivaliste francophone le plus connus aie bien la tête sur les épaules... (ça fait un peu lèche c.l, ... mais la critique est souvent facile... alors quand c'est bien, il faut le dire... ;) )

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 10:24 am
par Nessy
marcaurel a écrit :Parce que dans ma conception du survivalisme il y a des situation a laquelle, je ne souhaite pas specialement survivre à un air vicié de manière telle qu'un masque a gaz serait necessaire...


marcaurel a écrit :clairement pour moi, une catastrophe ou attaque nucléaire serait au-delà de mon envie de vivre…
donc pas de bunker ou de masque à gaz pour moi ^^



Je suis complètement de cet avis là.
Je ne vois pas l'interet de vivre dans un monde dévasté où plus rien de fonctionne (et où hypothétiquement y'aurait des zombies qui vous tombe dessus à chaque coin de rue :lol:).
Le monde post-apocalypse non merci. Je rêve pas de ça pour mes enfants et je préfère les en préserver. Je peux pas dire que je pourrais "suicider" ma famille. En toute honnêteté si là situation devenait si horrible je peux pas savoir comment je réagirai. Mais je me souhaite d'avoir suffisamment de courage pour abréger nos souffrances et notre peur.
C'est très dur et pénible à exprimer ce genre d'idées. J'espère bien que je ne vivrai jamais pareille situation.

Je préfère me contenter de panne de courant si ça vous embête pas trop m'sieurs dames, cher Troll. Et calculer combien de grammes de pâtes on consomme pour pouvoir survivre au moins pfiouuuu un mois sans avoir à faire les courses si ça me chante :mrgreen:

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 10:35 am
par Nessy
Ca y est j'ai lu tout l'article

Parmi "Les nouveaux mots clés" j'aime particulièrement le dernier ... :oops:

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 10:37 am
par Guillaume
Bien évidemment Vol West a employé une image choc, même si je la trouve personnellement pas très appropriée.
Après parler de ce qu'on serait capable de faire c'est sympa théoriquement parlant mais :
- on ne sait jamais comment on va réagir, ni comment les choses vont effectivement se dérouler.
- il y a quand même des choses plus gaies à envisager que ces scénarios horribles.

Une bonne préparation de base est suffisante pour donner un avantage certain dans quasiment toutes les situations envisageables.
Donc quand je vois des gens disserter sur la lutte contre des forces armées ou autre ... ma foi c'est leur droit, mais je trouve ça un peu vain. Se sont-ils demandé s'ils sont déjà capable d'affronter des situations difficiles de la vie courante ?

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 10:57 am
par lesanglier
marcaurel a écrit :dans ma conception du survivalisme il y a des situations auxquelles je ne souhaite pas specialement survivre
moi non plus : vivre indéfiniment dans un bunker souterrain parce que la surface est trop radioactive, non merci !

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 11:42 am
par marcaurel
Ahah Nessy! Non moi les ZOmbies! au contraire! ça me remettrait du beaume au coeur, on aurait au moins un hobby dans le nouveau monde :lol: :lol: :lol:

PLus serieursement, je rejoint Guillaume sur le fait qu'il y a des choses vaines mais AUSSI qu'il faut respecter ceux qui y reflechissent, car rien n'est contrasté dans la démarche, une il y a une progressive nuance entre le petits tracas quotidiens, bien réels, qu'on envisage sérieusement, mais qui, avouons le, sont banal, voir chiant... ET l’évènement majeur improbable, qui tiens plus de l'hypothèse, du "jeu de rôle" qu'on se donne et qui , au contraire, rend la preparation polyvalente et attrayante (on se marre bien) :twisted:- j'adore délirer sur les zombies et même me "pseudo" équiper en conséquence, même si je sais que ça sert à rien, tant que ça ne nuis pas au reste

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 11:58 am
par Nessy
marcaurel a écrit :tant que ça ne nuis pas au reste

ni aux autres ;)
Bah oui chacun son passe temps

Lasanglier je suis bien d'accord avec toi, il ne sert à rien de vivre si c'est pour rester cloitré dans son bunker à faire des parties de réussite à longueur de temps en attendant que les réserves soient épuisées.
Ce qui n’empêche pas de préparer un bunker si on en a envie :)

Re: L'image du survivaliste

Publié : ven. sept. 28, 2012 12:57 pm
par lesanglier
en effet, que ceux qui en ont les moyens le fassent. Moi, ce que j'arrive à mettre de côté, ce n'est pas pour creuser un bunker ! De toute façon, se faire disctètement un bunker sans permis et sans que les voisins ne remarquent rien, ce n'est pas gagné. Dans le cas contraire (permis de construire demandé et accordé), tout le canton sera vite au courant...